Accueil Terrae > Production scientifique

L’abbaye cistercienne de Granselve et sa place dans l’économie et la société méridionales (XIIe-XIVe siècles), de Mireille Mousnier

le 30 novembre 2006

Aux confins de la Gascogne, du Toulousain et du Quercy, dans une solitude boisée, se développe au début du XIIe siècle l’ermitage de Grandselve que le voyage de saint Bernard entraîna dans l’aventure cistercienne. L’abbaye accumule terres et domaines et rapidement sa fortune foncière n’eut d’égale que sa richesse immobilière.

Grandselve.jpg

Grandselve.jpg

Discrète dans sa présence au monde, si l’on met à part la personnalité majeure d’Arnaud d’Amaury dans la conduite de la croisade contre les Albigeois, ou la fondation de l’université de Toulouse, elle édifie un système complexe de granges aux activités complémentaires. Les paysages s’en trouvent fortement modifiés. Confortait-elle le mythe du moine défricheur, harmonisant ses activités entre la clôture et la charrue ? Il faut y regarder de plus près. Nous la retrouvons singulièrement adaptée aux usages de son temps, dotée de rentes et de revenus les plus divers, construisant un intense réseau de relations économiques, de l’Atlantique à la Méditerranée, du Massif Central à l’Aragon, à la tête d’une puissante seigneurie banale. Elle s’insère même de manière dynamique dans le mouvement de création des bastides. Le mythe est ainsi réactualisé, par la prise ne compte des profondes transformations de l’économie et de la société méridionales lors de ces siècles de croissance ponctués parfois de tensions inhérentes à toutes les périodes de bouleversements, tant politiques que sociaux.

Aux éditions Méridiennes (novembre 2006).


 

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page