Accueil Terrae > Opérations

Inventaire et étude des compoix méridionaux

 

Depuis la fin des années 1970, les chercheurs traitent par l’informatique les données des cadastres anciens, les compoix. Les villes ont largement été privilégiées dans un premier temps, et ce n’est qu’ensuite que l’espace rural a été l’objet d’études spécifiques. Depuis quelques années, les compoix donnent lieu à de nombreuses maîtrises en histoire médiévale et en histoire moderne dans les universités méridionales. Des thèses sont en cours, à Toulouse II et Montpellier III. Les récents colloques De l’estime au cadastre (Bercy, 2003-2005), ont concrétisé les avancées, liées au développement de l’histoire de la fiscalité.Ces bases permettent d’envisager une relance de l’étude d’un document essentiel pour l’analyse de l’espace rural, ce qui est aussi une façon de reprendre à Toulouse le fil de d’une recherche impulsée par Ph. Wolff dans les années 1950 (les estimes toulousaines de la fin du Moyen Âge).

En liaison avec les autres universités méridionales, en particulier Montpellier III, et les services d’archives (voir Archives de l’Hérault), il s’agit d’abord de lancer une enquête géographique sur une source dont l’emprise spatiale n’est pas réellement connue, masquée par la diversité de la terminologie. Cette enquête a pour finalité d’établir un inventaire des anciens cadastres conservés, comme l’avaient souhaité les auteurs des Compoix et cadastres du Tarn. Ce programme se structure autour de séminaires réunis régulièrement autour de thème. Depuis 2007, deux ou trois réunions annuelles permettent de faire un état de l’avancement de l’inventaire général de la source. L’objectif est en même temps de cerner géographiquement le phénomène des compoix, d’en mesurer les cadres chronologiques, mais aussi de mieux comprendre la nature même du document et ses variantes régionales. Pour cela une fiche d’enregistrement générale a été développée sous File Maker et Access. Elle permet soit de dresser un inventaire sommaire des documents conservés dans les différents fonds, soit de détailler le contenu du compoix en vue d’une étude plus approfondie. Le groupe, constitué d’une dizaine de chercheurs, s’est réparti les différents départements susceptibles de disposer de compoix. Par ailleurs plusieurs travaux universitaires ont été lancés. Le principal est la thèse de Bruno Jaudon sur les compoix du Gévaudan . Plusieurs mémoires de master sont en cours ou achevés à l’université de Toulouse II. Ce projet est relayé par l’ANR Modelesapce dont le site héberge une BDD en ligne de l’inventaire succinct des compoix méridionaux (site Modelespace).

 

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page